On a trouvé nos marques…

Minipois est né un lundi… à 3 jours de son terme. Son arrivée a d’ailleurs été déclenchée par son grand-frère: Je l’ai emmené chez le médecin pour un rhume et on m’a annoncé une pneumopathie. J’ai paniqué, nous sommes allés aux urgences et 4h après nous en sommes ressortis avec une interdiction de sortie et des antibio… Moi épuisée, je me suis assise! Le travail a commencé…

Minipois est devenu THE « Warrior »… qu’il est toujours. A la naissance, il a attrapé une bactérie qui nous a obligé à rester 11 jours à la maternité. 11 jours pendant lesquels je ne comprenais pas que je sois obligée de faire un choix entre mes enfants! A l’époque, quelques mois après la naissance, j’avais écris un article sur ce moment, je vous le poste ici:

Il y a peu de temps, je vous disais que j’avais peur d’aimer ce bébé qui allait arrivé moins que mon 1er! Je le vivais assez mal en fait, je ne disais rien mais j’avais très peur! Et puis je l’ai découvert, je n’ai pas eu le choix que d’en faire un dès la maternité! 2 bébés malades, 2 bébés qui n’avaient pas le droit de sortir! L’un devait rester chez nous, l’autre à la maternité! Je me devais de rester avec mon bébé mais mon fils me manquait à m’en arracher le cœur! Je me revois encore assise sur le lit de la néo-nat, ce bébé endormit dans son berceau et mon grand qui repart avec ses grands-parents et son père! Dro qui ferme la porte de la chambre et moi qui fond en sanglot! Bien sûr Dro est revenu, bien sûr il m’a prise dans ses bras en me réconfortant, en me disant que ce serait bientôt fini! 4 jours après nous sortions, je vivais une vraie délivrance! J’étais heureuse et en même temps terrifiée! Je devais maintenant me partager en 2! Partager mon amour en 3!
J’ai découvert à la naissance d’Ewok que l’amour était divisible! J’aimais Ewok différemment de Dro’ et pourtant aussi fort! Puis il y a eu Minipois… et je n’aime pas Ewok et Minipois de la même façon! C’est trop étrange pour être explicable! J’aime mes 2 fils aussi fort l’un que l’autre mais ils sont tellement différents! Il m’émerveille de jours en jours! Ils grandissent à une vitesse folle… ils me passionnent! Je passe des heures à les regarder, les entendre rire ensemble, je n’ai qu’une hâte qu’ils jouent ensemble! Ewok est dur, fatiguant et génial en même temps! Je suis fière de lui, de tous ces faits et gestes, de tous ses apprentissages! Non il ne parle pas mais il me fait tellement rire! Mon fils est une boule d’énergie, une tempête, non une tornade! Il se passe d’ailleurs la même chose dans mon coeur! Quand il fait des bêtises, j’ai envie d’hurler parfois, de lui dire de partir pour ne pas que j’explose… et puis je le regarde, avec ses grands yeux il me fait comprendre qu’il avait juste envie que je m’occupe encore plus de lui!
Minipois, quand a lui est un amour! Je le trouve magnifique à tous moments! Non pas que je l’aime plus mais il n’y a pas de moment où il me rend folle! Je sais qu’il va grandir et qu’il va devenir comme son frère 🙂 c’est normal! Mais rendez-vous compte a quel point il est facile à vivre: le matin quand je vais le cherché, ça fait peut-être une bonne demi-heure qu’il est réveillé! Il papotte et fait d’immense sourire, TOUT le temps! il ne pleure que quand il a faim! et là franchement il pleure, hurle, crie,… 🙂
C’est comme une délivrance que j’ai rejoint la maison, avec mon Minipois sous le bras au bout de 11 jours de prison. Ce Minipois qui était si calme et si sage. Nous avons pris nos marques doucement. D’abord Dro est resté à la maison… Me laissant naturellement me reposer. Ce fût un soutien indéniable! Il l’est toujours d’ailleurs!
D’abord, nous avons commencé doucement. En installant une routine. Ce qui était vraiment bien c’est qu’à ce moment là, Ewok dormait! Ce qui fait que le matin, je pouvais me reposer. Puis l’après-midi, à 21 mois, Ewok faisait aussi la sieste… Mais pas en même temps que Minipois, ce qui me permettait (à défaut de pouvoir me reposer) d’avoir un temps pour chacun de mes enfants. Le ménage, les lessives et le reste passaient au 2ème, voir 3ème plan. Je faisais à manger le soir (enfin j’essayais) quand Dro rentrait. Autour des 18h, je comptais les minutes avant qu’il ne rentre… (d’ailleurs, c’est toujours le cas 😀 ).
C’est Dro qui donne le bain aux garçons! Rentrant à 20h, nous nous couchions assez tard… Depuis toujours nous favorisons la vie de famille au horaires strictes… Nous dormions de 22h à 10h environ. Avec 2 réveils de Minipois (en moyenne bien sûr). Chacun dans sa chambre. La chambre de Minipois étant à 1 pas de la notre. La fatigue s’accumulait mais à aucun moment je ne regretterai d’avoir choisi cette organisation. Je me souviens d’une discussion avec ma sœur. Il faut savoir que nous n’avons ABSOLUMENT pas la même vision de l’éducation. Elle m’a soutenu qu’il n’était pas normal de ne pas pouvoir faire ce que JE voulais et qu’il fallait que je CALE mes fils sur les horaires qui m’arrangeaient. Bref, moi au bord des larmes, je suis allée assez loin. Elle a tellement sorti de conner*** que je n’en citerai qu’une: « Tiff, ce n’est pas NORMAL que tu sois aussi fatiguée et que tu ne puisse pas tondre la pelouse!! »
J’ai donc décidé de me détacher de tout les « on-dits », « les IL faut » et les « moi à ta place je ferai… » . J’ai décidé de profiter! De prendre le temps pour mes fils… Nous avons donc profiter de nos journées pour manger, s’amuser et essayé de se couper en 2 et ce qui nous sauvait tous: LES PROMENADES! Bébé en écharpe et main dans la main avec Ewok nous partions de 30min à 2h, faisant souvent une ballade le matin et une autre après les siestes… Je me souviens d’une fois où Ewok ne voulait pas rentrer et c’est mis à faire une colère en plein milieu de la route… bébé en écharpe! J’ai du appeler ma mère pour qu’elle vienne nous chercher et nous ramener, parce qu’Ewok faisait « les jambes en coton » et « la crêpe au sol ». Ensuite nous partions les 3/4 du temps en poussette…
J’ai adopté ce « lâché prise » à la naissance de Minipois. Moi qui voulait TOUT maitriser, TOUT gérer, je me suis enfermée dans ma bulle. N’écoutant plus rien d’autre que DRO et mes fils. Bien sûr, j’ai craqué plus d’une fois… Dro a été mon soutien infaillible et le reste 3 ans après… 5 ans après…
Il faut pouvoir accepter qu’on ne peut pas tout gérer… Pouvoir accepter que le ménage peut attendre et que les enfants ne dormiront pas quand NOUS l’aurons décidé… Bref, il faut réussir à Profiter parce que ça grandit bien trop vite ces petites bêtes là 🙂

2 réflexions au sujet de « On a trouvé nos marques… »

  • 10 février 2017 à 18 h 11 min
    Permalink

    que j’aime ton article ! il nous apporte un joli enseignement, le lâcher prise ! heureuse que tu y sois parvenue 🙂

    Répondre
    • 10 février 2017 à 20 h 46 min
      Permalink

      ça n’a pas été facile mais c’était ce qu’il fallait faire! 😀

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.